La Coupe du Monde Féminine de la Fifa, France 2019 a été la compétition féminine la plus regardée de l’histoire.
La FIFA, organisatrice de l’événement, a annoncé plus d’un milliard de téléspectateurs, contre 850 millions pour le dernier Mondial Féminin en 2015 au Canada.

Parmi plusieurs records d’audience battus à la télévision française, on retiendra le pic à 12,2 millions de téléspectateurs sur TF1 le soir du quart de finale contre les États-Unis, la chaîne enregistrant ainsi son meilleur score de l’année.

C’est indéniablement la Coupe de tous les records au niveau de la montée en puissance du football féminin, doublée d’actions fortes visant à positionner la pratique de ce sport aux mêmes niveaux de droits, de reconnaissance et de visibilité que ceux des équipes masculines.

Ce virage est déjà enclenché dans plusieurs pays : l’Afrique du Sud va lancer sa première ligue féminine nationale, les australiennes ont obtenu que le salaire de base dans leur championnat soit le même que celui des hommes et plusieurs sélectionneuses ont appelé au développement du football féminin dans leur pays (comme la néerlandaise Sarina Wiegman ou l’italienne Milena Bertolini).

Premier contrat de naming pour la D1 féminine

Ce contrat de partenariat-titre a été signé fin juin et Arkema associera donc son nom à la D1 féminine dès la reprise, le 24 août prochain, pour devenir la D1 Arkema jusqu’au terme de la saison 2021-2022.

Le groupe français conforte ainsi son engagement pour la promotion et le développement du football féminin et de la place des femmes dans l’entreprise au côté de la FFF comme le souligne Thierry Le Hénaff, PDG d’Arkema, dans un communiqué : « Contribuer avec la FFF à développer le football féminin sur le territoire national est une très belle opportunité de valoriser encore davantage l’image et la place des femmes dans la société. Le monde change, il est essentiel d’apporter un autre regard, de faire bouger les lignes. Chez Arkema, c’est notre état d’esprit et notre conviction ».

Et en France ?​

Depuis 2011, la Fédération Française de Football est fortement engagée dans la promotion et la structuration de la pratique féminine amateur et professionnelle.

Dans la continuité de son plan d’actions en faveur du football féminin, la FFF a proposé au groupe français de chimie Arkema, déjà premier partenaire national officiel de la Coupe du monde féminine de la FIFA 2019, de devenir le premier sponsor du championnat de D1 féminine.

La symbolique forte de ce naming rayonnera bien au-delà des frontières françaises car, à ce jour, le seul Championnat féminin à avoir eu la primeur d’un naming est la Women’s Super League en Angleterre pour laquelle la banque Barclays vient de signer un contrat de partenaire titre pour la saison 2019-2020 et jusqu’en 2022.

Belle consécration pour le développement du football féminin qui vient de vivre une étape importante avec le succès populaire de la Coupe du Monde féminine de la FIFA, France 2019.

Top Posts

D1 ARKEMA 6 septembre 2019 News
Découvrez
notre agence